Montage, démontage, remontage
Index des auteurs
___________________________
< sommaire

 

Jan Baetens est professeur d’études culturelles à l’université de Leuven. Il est rattaché au groupe de recherches MDRN. Ses recherches portent essentiellement sur les rapports texte/image, notamment dans les genres mineurs comme la bande dessinée ou la novellisation. Il a publié plusieurs ouvrages à ce sujet, dont La novellisation. Du film au roman (Les Impressions Nouvelles, 2008), Pour le roman-photo (Les Impressions Nouvelles, 2010), The Graphic Novel (en collaboration avec Hugo Frey, Cambridge UP, 2014) et Correspondance. The Birth of Belgian Surrealism (en collaboration avec Michael Kasper, Lang, 2015).
Lire son article : Ice Haven : du comic au graphic novel

 

Aurélie Barre, co-fondatrice de la revue Textimage est maître de conférences en langue et littérature médiévales à l’université Jean Moulin-Lyon 3. Elle travaille depuis plusieurs années sur le Roman de Renart et ses épigones ainsi que sur les rapports du texte et de l’image, à partir du corpus renardien mais également à partir des différents manuscrits des romansde Chrétien de Troyes.
Lire son article : Le sens de la lecture. L’enluminure au seuil du manuscrit 12576 de Perceval ou le conte du graal

 

Michel Briand est professeur de langue et littérature grecques à l’université de Poitiers, EA 3816 FoReLL. Domaines de recherche et d’enseignement : poésie et fiction, rhétorique, histoire des représentations et du corps, dialogue des arts et danse, dans l’Antiquité grecque et dans les références modernes à l’Antiquité. Travaux sur Homère, Pindare, la poésie alexandrine, Lucien, le roman ancien, la relation texte/image, le genre, le regard, la danse… Derniers ouvrages publiés : Pindare. Olympiques, Les Belles Lettres, 2014, et, comme éditeur scientifique, La trame et le tableau. Poétiques et rhétoriques du récit et de la description dans l'Antiquité grecque et latine, La Licorne, Rennes, PUR, 2012.
Lire son article : Montage, démontage, remontage dans l’Odyssée : effets cinématiques et structurels, jeux de regards, de voix, de gestes

Marie-Astrid Charlier est ATER de Lettres à l’université de La Rochelle et docteure en Littérature française de l’université Montpellier 3. La publication de sa thèse, Le Roman et les jours. Poétiques de la quotidienneté au XIXe siècle, est prévue aux Editions Classiques Garnier courant 2016. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire et les poétiques du roman, sur les représentations du temps et sur l’imaginaire médiatique au XIXe siècle. Elle a publié plusieurs articles sur ces questions, par exemple dans les revues Poétique, Romanesques, Les Cahiers naturalistes et Autour de Vallès.
Lire son article : Madame Bovary, « dépouillée de littérature et (…) en images d’aujourd’hui ». A propos de Bovary 73, roman-photo

 

Jonathan Degenève est maître de conférences à l’université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle. Il a dirigé plusieurs ouvrages collectifs dont, avec Sylvain Santi, Le Montage comme articulation. Unité, séparation, mouvement (livre et DVD, PSN, 2014) et, avec Irène Fenoglio et Mireille Calle-Gruber, Pascal Quignard. Translations et métamorphoses (livre et CD audio, Hermann, 2015).
Lire son article : Le montage comme articulation

 

Jean-Pierre Dubost est professeur émérite de Littérature Générale et Comparée à l’université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand). Il est l’auteur de nombreuses publications en France et à l’étranger. Parmi ses derniers articles consacrés au rapport entre texte et image on notera « Ecrire le désert : Fromentin hors-cliché », dans Ottmar Ette, Gesine Müller, Visualisierung, Visibilisierung und Verschriftlichkung, Schrift-Bilder und Bild-Schriften im Frankreich des 19. Jahrhunderts, Edition Tranvía, Berlin, 2015, pp. 220-238 ; « Le corps de Psyché. Du mythe antique à l'illustration libertine », dans Le corps romanesque : Images et usages topique sous l'Ancien Régime, Presses de l’université de Montréal, 2009, 559-572 ; « De l’image arétine aux gravures libertines : rupture et continuité », dans Eros au secret. L’Enfer de la bibliothèque Nationale  2008, pp.57-87 ;  « Gravure et littérature au XVIIIe siècle : de la phrase-image à l’image-phrase »,  dans Correspondances, Vers une redéfinition des rapports entre la littérature et les arts, Presses de l’université de Valenciennes, 2007, pp. 120-132.
Lire son article : Alexander Kluge : démonter et remonter le « textimage » de l’histoire

 

Jean-Pierre Esquenazi est professeur à l'université Jean Moulin-Lyon 3, sociologue et membre du groupe de recherches Marge. Il est entre autres l’auteur de Hitchcock et l’aventure de Vertigo (CNRS Editions, 2011, 2nde éd.), Les Séries Télévisées (Armand Colin, 2010), Sociologie des Publics (La Découverte, 2009, 2nde éd.), La Vérité de la fiction (Hermès Lavoisier, 2009), Sociologie des œuvres (Armand Colin, 2007).
Lire son article : Le montage temps : l’exemple de Fellini Roma

 

Térésa Faucon est maître de conférences à l’université Sorbonne nouvelle-Paris 3. Elle enseigne l’esthétique et la théorie du cinéma. Elle a développé une réflexion sur les formes de l’analyse filmique et les dispositifs de transmission pensés par le cinéma dans le cadre du Master Pro en Didactique de l’image : transmission des savoirs, production d’outils (dont elle a été responsable de 2007 à 2014).
Elle publie des ouvrages sur le cinéma en général (Cent ans de cinéma français, Paris, ADPF, 1996) et le montage en particulier (Penser et expérimenter le montage, Paris, PSN, 2009 ; Théorie du montage. Énergie, forces et fluides, Paris, Armand Colin, 2013) ; ainsi que sur la peinture, avec Damien Sausset (Turner, Paris, Flammarion, 2004). Plusieurs articles sont parus dans les revues Cinémathèque, Cinéma, 1895, Vertigo, ArtPress et des chapitres dans des ouvrages collectifs sur les relations entre le cinéma et les arts (la danse et la musique notamment), l’art contemporain et plus précisément les installations-vidéos. Ses dernières recherches portent sur l’histoire des formes filmiques dans les cinémas indiens.
Lire son article : Le Songe du cinéphile. Donne-moi tes yeux d’Henri Foucault

 

Cyril Francès est maître de conférences en littérature du XVIIIe siècle à l’université Jean Moulin – Lyon 3. Ses recherches portent sur Casanova et les mémorialistes de la fin du XVIIIe siècle ainsi que sur l’esthétique et la philosophie libertines. Il a notamment publié Casanova. La mémoire du désir (Classiques Garnier, 2014).
Lire son article : L’envers de l’imaginaire : démontage et remontage du merveilleux dans Acajou et Zirphile de Charles Duclos

 

Isabelle Gadoin est professeur au département d’anglais de l’université de Poitiers où elle enseigne la littérature et les arts visuels, et où elle dirige l’axe B1 du Laboratoire de recherche FoReLL (« Formes et Représentations en Linguistique et Littérature », EA 3816. A Poitiers elle intervient au sein du Master « Texte et Image »). Elle est présidente de l’association SAIT (Société Angliciste Arts Images Textes), société fille de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur. Outre l’étude des phénomènes d’intermédialité, ses recherches portent sur l’œuvre de Thomas Hardy, et plus généralement la littérature, les arts et l’esthétique victorienne, incluant la question de l’orientalisme et des échanges entre Orient et Occident dans les Beaux Arts et les arts décoratifs.
Lire son article : The Grammar of Ornament d’Owen Jones, ou comment réformer les arts décoratifs victoriens par l’emprunt, la copie, le montage

 

Thomas Golsenne, docteur en histoire de l'art, a écrit sa thèse sur Carlo Crivelli et l’ornementalité au Quattrocento. Il est ancien pensionnaire de l'Académie de France à Rome et ancien professeur aux Beaux-Arts de Paris ; il enseigne actuellement l'histoire des arts visuels à la Villa Arson (Ecole Nationale Supérieure d’Art) à Nice. Il a notamment co-publié une nouvelle traduction en français du De Pictura de Leon Battista Alberti (Paris, Seuil, 2004), co-dirigé Adam et l’astragale. Essais d’anthropologie et d’histoire sur les limites de l’humain (Paris, Éd. de la MSH, 2009) et La performance des images (Bruxelles, Éd. de l'université de Bruxelles, 2010), a publié divers articles sur l'ornementalité à la Renaissance ou dans l'art contemporain, sur l’anthropologie des images, les formes occidentales de l’animisme ou sur la théorie de l’art. Il a organisé deux expositions, dont Bricologie. La souris et le perroquet (avec Burkard Blümlein et Sarah Tritz) sur les techniques des artistes contemporains (Centre National d’Art Contemporain de la Villa Arson, février-août 2015) et coordonné plusieurs colloques. Il dirige l’Unité de Recherche Bricologie à la Villa Arson. Il a récemment publié Pascal Pinaud. Serial Painter (Genève, 2014) et va publier un essai monographique sur Carlo Crivelli aux Presses universitaires de Rennes (parution prévue au printemps 2016).
Lire son article : La mosaïque, modèle pratique

 

Agnès Guiderdoni est chercheuse qualifiée du Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) et professeure à l’université catholique de Louvain, où elle co-dirige le Centre d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA). Spécialiste de littérature française du XVIIe siècle, elle travaille plus particulièrement sur l’expression et la pensée figurées au début de la période moderne. Parmi ses publications: Emblemata sacra. Rhétorique et herméneutique du discours sacré en image co-édité en 2007 ; Ut pictura meditatio. The Meditative Image in Northern Art, 1500-1700, co-édité en 2012; et Fictions sacrées. Esthétique et théologie durant le premier âge moderne, co-édité en 2012. Une monographie est à paraître chez Garnier, La figure emblématique : emblèmes, herméneutique et spiritualité (1540-1740).
Lire son article : Collages et montages pour un Eloge de la Folie contemporain

 

Anne-Cécile Guilbard est Maître de Conférences à l’université de Poiters en Littérature française du XXe siècle et en Esthétique de l’image. Responsable du master mention « Texte/Image : Littératures, Ecrans, Scènes » et de la spécialité « Littératures et Culture de l’Image » de l’UFR LL à Poiters, elle est membre du laboratoire FoReLL. Elle travaille sur la perception visuelle et sur l’image dans l’écriture, et particulièrement sur des questions de photographie. Elle a publié de nombreux articles à propos d’œuvres comme celles de Samuel Beckett, Roland Barthes, Hervé Guibert, Jean-Luc Godard, Jacques Derrida et d’autres, des sujets relatifs aux théories et à l’histoire de la photographie, des problématiques plus larges de représentation contemporaine… Elle prépare actuellement un livre sur l’imaginaire photographique dans la littérature du XXe siècle.
Lire son article : Démontage de l’e-mage (Olivier Cadiot)

 

Anaïs Guilet est maître de conférences en Lettres et en Sciences de l’information et de la communication à l’université Savoie Mont-Blanc. Elle est rattachée au laboratoire de recherche LLSETI et est membre associé du laboratoire FIGURA, à l’université du Québec à Montréal. Spécialisée dans les humanités numériques, ses recherches portent sur les esthétiques numériques et transmédiatiques, ainsi que sur la place du livre dans la culture contemporaine.  Voir son : site internet.
Lire son article : Remix Gogol : L’adaptation hypermédiatique du Journal d’un fou par Tom Drahos

 

Caroline Heering est chargée de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) et chargée de cours à l’université catholique de Louvain. Sa thèse de doctorat, défendue en 2014 et en cours de publication, porte sur la compréhension de l’ornemental au premier âge moderne, en se focalisant plus particulièrement sur le motif du cartouche et l’œuvre du peintre Daniel Seghers. Elle poursuit actuellement ses recherches sur la question de l'ornemental à travers le corpus des festivités éphémères dans les anciens Pays-Bas au cours de la première modernité. Elle a organisé plusieurs conférences sur la question de l’ornement, parmi lesquelles on peut citer « Questions d’ornements. XVe-XVIIIe siècles » (Namur, FUNDP, 2009/Louvain-la-Neuve, UCL, 2011/Bruxelles, IRPA, 2012) édité chez Brepols en 2013 ; « Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs à l’époque moderne » (Paris, INHA, 2014) en cours de publication. Page personnelle sur le site du GEMCA.
Lire son article : Pratiques de montage et ornementalité dans les festivités éphémères au premier âge moderne

 

Titulaire d’un contrat doctoral en Etudes cinématographiques, Raphaël Jaudon prépare depuis 2013 une thèse consacrée à la pensée politique dans le cinéma des années 1960, sous la direction de Luc Vancheri. Ses travaux se tiennent à la croisée de la philosophie et de l’analyse de films pour tenter de saisir les modalités d’existence d’une politique de l’image. Il enseigne l’esthétique et la théorie du cinéma à l’université Lyon 2, et coordonne actuellement le numéro 3 de la revue Ecrans.
Lire son article : Le cinéma politique du groupe Dziga Vertov : montage, collage ou citation ?

 

Olivier Leplatre est professeur de littérature française du XVIIe siècle. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur La Fontaine et de nombreux articles sur la littérature classique. Son travail actuel porte sur les rapports de tension entre le texte et l’image manifestant les limites de la représentation: impasses de l’illustration, détournements de l’image, formes de son opacité et régimes de sa destruction. Page personnelle sur le site de l’université Jean Moulin Lyon III.
Lire son article : Portrait démonté et récit de soi dans Le Page disgracié de Tristan L’Hermite

 

Liliane Louvel est professeur émérite de littérature britannique à l'université de Poitiers. Son champ de recherche est la littérature britannique contemporaine et les rapports texte/image. Elle a publié cinq ouvrages sur les rapports entre texte et image : L’Œil du texte (Toulouse, PUM 1998) ; The Picture of Dorian Gray, Le double miroir de l'art (Ellipses, 2000) ; Texte/image, images à lire et textes à voir (Rennes, PUR 2002). Le Tiers pictural pour une critique intermédiale, PUR, 2010 ; Poetics of the Iconotext, Traduction de Laurence Petit, edited by Karen Jacobs, Ashgate, juillet 2011.
Elle a également dirigé plusieurs numéros spéciaux sur le même sujet dans : Word/image, EJES, La Licorne (Like Painting). Aux PUR : Actes du colloque de Cerisy : Texte/image nouveaux problèmes avec Henri Scepi, 2005 ; Actes du colloque de Cerisy Littérature et photographie avec Jean Pierre Montier, Philippe Ortel et Danièle Méhaut, 2008 ; Intermedial Arts, en collaboration avec Leena Eilitta and Sabine Kim, Cambridge Scholars Press, 2012.
Lire son article : Montage démontage, remontage. L’étrange « fabrique » du livre des sens de Barbara Hodgson

 

Pierre Martin, professeur HDR à l’université de Poitiers, enseigne la littérature de la Renaissance. Une thèse sur la Delie de Scève lui a fait explorer le substrat ficinien de la « Philosophie d’amour » ainsi que l’emblématique des XVIe et XVIIe siècles. Dans ce domaine de la pensée figurée, il a récemment réédité et commenté les Emblemes nouveaux d’Andreas Friedrich, un recueil d’emblèmes luthériens publié à Francfort dans sa version française originale de 1617.
Lire son article : Emblématique, bricolage et conscience sémiotique

 

Philippe Maupeu est maître de conférences en langue et littérature médiévales à l’université de Toulouse 2 Jean Jaurès. Ses recherches portent essentiellement sur les manifestations de la subjectivité dans la littérature du Moyen Age tardif, sur le statut rhétorique de l’image peinte dans les manuscrits médiévaux de la même époque, et sur une approche rhétorique du récit en images, de l’enluminure médiévale à la bande dessinée. Il a récemment édité et traduit, en collaboration avec Graham R. Edwards, Le Livre du Pelerin de vie humaine de Guillaume de Deguileville (Livre de poche, « Lettres Gothiques », 2015).
Lire son article : Montage et hantise chez Charles Burns (ToXic, La Ruche, Calavera)

 

Philippe Ortel est professeur de littérature française à l’université de Bordeaux-Montaigne. Il a consacré ses travaux aux relations entre littérature et photographie (La Littérature à l’ère de la photographie, Jacqueline Chambon, 2002), puis aux relations entre littérature et médias (Les Mutations du visible. Littérature et médias sous la Révolution française, à paraître). Il s’intéresse aux notions de scène (La Scène, sous la dir. de Marie-Thérèse Mathet, L’Harmattan 1999), de dispositif  (Discours, image, dispositif,  sous la dir. de Philippe Ortel, L’Harmattan 2008), et d’intermédialité (Création, intermédialité, dispositif, colloque à paraître sur le site Fabula en juin 2016 et visible sur Canal U).
Lire son article : Les Contemplations avec photos : le montage Hugo-Vacquerie

Marie-Claire Planche est docteur en histoire de l’art moderne (Université de Bourgogne) et certifiée de lettres modernes, ses recherches portent sur les rapports entre le texte et l’image. Elle a publié De l’iconographie racinienne, dessiner et peindre les passions en 2011 chez Turnhout, Brepols. Elle a écrit de nombreux articles, souvent consacrés à des problématiques iconographiques. Voir sa page personnelle.
Lire son article : Le décor dans deux éditions illustrées par Gravelot

 

Catherine Soulier est maître de conférences en Littérature française à l’université de Montpellier 3. Membre du centre RIRRA21. Sa recherche sur la poésie contemporaine, attachée de longue date à l’œuvre de Jean Tortel, à la question du vers et à celle de l’image, s’oriente depuis quelques années vers les relations que le texte poétique peut entretenir avec les arts visuels.
Lire son article : Démonter – et après ? Gérard Titus-Carmel, Suite Grünewald, 1994-1996

 

Myriam White-Le Goff est maître de conférences en la langue et la littérature médiévales à l’université d’Artois à Arras. Sa thèse Changer le monde, réécritures d’une légende (Paris, Champion, 2006) portait sur la légende du purgatoire de saint Patrick. Elle est également l’auteur d’un Envoûtante Mélusine (Paris, Klincksieck, 2008) et de nombreux articles qui traitent, entre autres, des points de rencontre entre réel et imaginaire ou de la question du merveilleux. Elle a co-dirigé différents colloques et volumes d’actes. Elle s’intéresse aussi à la réception du Moyen Age jusqu’à nos jours, notamment aux travers des activités de l’association Modernités Médiévales.
Lire son article : Images marginales de quelques manuscrits arrageois : montage et sens