Thierry Bouchard et Petr Herel :
une création partagée

- Frédérique Martin-Scherrer
_______________________________

pages 1 2 3 4 5
résumé

Fig. 1. Thierry Bouchard et Petr Herel, vers 1990

      Labyrinth Press, tel est le nom sous lequel s’est construite une aventure éditoriale menée par deux grands créateurs de livres – Thierry Bouchard, imprimeur-typographe, et Petr Herel, graveur – qui habitaient aux antipodes l’un de l’autre, le premier en France, le second en Australie : ensemble, malgré la distance, ils ont conçu des livres exceptionnels dont les 21 titres ont paru entre 1980 et 2007.
      Les ouvrages parus sous l’enseigne de Labyrinth Press font partie de la bibliographie éditoriale de Thierry Bouchard [1]. A la fois éditeur, imprimeur, typographe et poète, Thierry Bouchard (1954-2008) a été un véritable artiste du livre. Ce disciple de Guy Lévis Mano et de Gaston Puel, tout entier dévolu à l’exercice exigeant de son art, négligeait quelque peu la partie commerciale de son activité – en particulier la distribution  –, raison pour laquelle il est resté relativement peu connu, sinon d’un cercle de connaisseurs qui le considèrent comme un des meilleurs typographes de son temps, comme en témoignent plusieurs expositions récentes [2].
      Sa formation antérieure – classes préparatoires, puis études de lettres et de philosophie – avait assuré un fond solide à la carrière vers laquelle il choisit finalement de s’orienter en dehors de la voie sécurisante qu’aurait pu lui ouvrir l’enseignement. Attiré de bonne heure vers la typographie, il profite de la proximité de l’imprimerie Pornon à Dijon, puis de Darantière à Quetigny, pour se former aux métiers du livre.
      Ses premières réalisations, publiées à partir de 1975 sous l’enseigne de « La Louve de l’hiver » (expression empruntée à René Char – avec sa permission) sont imprimées sur les presses de l’imprimerie Darantière. Thierry Bouchard est très présent dans cette première série, soit en illustrant de collages ou de linogravures les œuvres d’amis tels que Laurent Debut, Gaston Puel ou Jean Malrieux, soit en signant deux recueils de poésie. Outre ceux-ci, signalons un ouvrage de Pierre Dhainaut illustré par Jacques Hérold, un autre de René Nelli illustré par Adrien Dax, enfin un livre-objet extraordinaire, Matériel pour un Don Juan, réunissant un texte de Michel Butor, des fiches perforées, une cassette audio, un appeau de la Manufacture des Armes et Cycles de Saint-Etienne et un mode d’emploi, le tout dans un coffret accompagné d’un tube contenant une lithographie de Pierre Alechinsky [3].
      En 1977, Thierry Bouchard installe ses premières machines, du matériel ancien dont les imprimeries se débarrassaient à l’époque, dans son propre atelier, situé dans les dépendances de la propriété familiale, au 33 quai de la Hutte, à Losne, en Côte-d’Or. De ses presses sortiront plus de 300 titres, sous le nom des éditions Thierry Bouchard (souvent notées Th. B.), mais aussi pour le compte d’autres éditeurs, proches de lui par l’esprit de création et la volonté de donner au texte et à l’image une assise où la poésie du livre puisse avoir lieu [4].
      Dès sa jeunesse s’était affirmée et développée une passion pour la poésie, qui devait faire le fonds principal de son activité éditoriale, ouverte notamment aux poètes contemporains. Poète lui-même, il édite parfois ses œuvres, mais aussi est édité par d’autres, sous le pseudonyme de Jean-Baptiste Lysland. Pour sa maison ou pour d’autres éditeurs, il imprimera en diverses langues : latin, anglais, allemand, espagnol, suédois, tchèque, russe… Cependant, les œuvres éditées sous le label Th. B. sont dans leur grande majorité en français, tandis que les textes en plusieurs langues se concentrent dans la collection Labyrinth Press, dont le caractère international signe la particularité de cette coédition Bouchard-Herel.
      A observer les notices contenues dans la Bibliographie des livres imprimés en typographie par Thierry Bouchard de 1975 à 2006, ultime mise au net, par lui-même, de l’ensemble de sa production, on constate une grande diversité dans le format et la composition des ouvrages : il est visible que chacun d’entre eux fut une entreprise à part entière, une aventure unique, une création raisonnée. Mais cette diversité reste discrète en se tenant dans les limites d’une élégante austérité. Tous les témoignages de ceux qui ont connu Thierry Bouchard font état de son extrême exigence et de son souci de trouver la concordance la plus juste entre tous les éléments qui forment un livre. Cette quête d’une cohérence harmonieuse s’exerce tout particulièrement dans la conception du livre dit « illustré » qui, selon lui, doit parvenir à incarner une rencontre entre mots et images dont l’affinité semble préexister au projet et appeler sa réalisation.
      C’est donc ainsi, en poète-artisan, qu’il conjoint, dans des ouvrages pensés, pesés, remis cent fois sur le métier : Yves Bonnefoy et Bram Van Velde, Pierre Torreilles et Olivier Debré, Jean Daive et Jan Voss, Michel Leiris et Joan Miró, Lorand Gaspar et Zao Wou-Ki, Jacques Dupin et Jean Capdeville, André Frénaud et Antoni Tàpies, Silvia Baron Supervielle et Jean Degottex… pour ne citer que quelques exemples, empruntés à la liste des livres qu’il a édités sous son nom.
      Thierry Bouchard a également coédité des ouvrages avec des éditeurs amis, en particulier avec Gaston Puel pour la collection « Terre », avec Laurent Debut pour Brandes, Yves Prié pour Folle Avoine et Jacques-Rémy Dahan pour L’Homme au sable. Mais c’est avec Petr Herel qu’il a surtout collaboré, en fondant avec lui une collection spécifique qu’ils ont baptisée « Labyrinth Press », et dans le cadre de laquelle ils ont publié ensemble une vingtaine de titres, à l’exception du dernier de la série, le Livre des fuites (2007), de Thierry Bouchard, réalisé par Petr Herel seul, ultime signe d’amitié adressé à l’auteur qui était alors gravement malade et devait prématurément disparaître l’année suivante à l’âge de 54 ans.
      C’est en 1977 que Thierry Bouchard rencontre pour la première fois Petr Herel, un graveur d’origine tchèque, d’un talent profondément original et singulier. Né en 1943 en Tchécoslovaquie, après des études à l’Académie des Arts appliqués de Prague qui lui ont permis non seulement de perfectionner ses connaissances dans le domaine du livre de création mais encore d’en réaliser lui-même, puis plusieurs années au cours desquelles il voyage et développe son art, Petr Herel a l’occasion de séjourner en France en 1977-1978, où il est chargé d’enseigner la gravure à l’Ecole des Beaux-Arts de Dijon. Il fait alors la connaissance de Thierry Bouchard, qui de son côté est responsable de l’atelier de typographie dans la même institution. Grand lecteur et graveur rigoureux, Petr Herel est un poète dans son domaine, tout comme Thierry Bouchard dans le sien. Des goûts et des idées similaires rapprochent immédiatement ces deux artistes du livre qui, très vite, deviennent amis et collaborateurs (fig. 1).

>suite
sommaire

[1] A, Z : Bibliographie des livres imprimés en typographie par Thierry Bouchard de 1975 à 2006, Bédée, Folle avoine, 2013.
[2] Plusieurs expositions récentes – notamment à la Maison Joë Bousquet à Carcassonne (30 septembre-26 novembre 2011) et à la Bibliothèque Gaspard Monge à Beaune (12 septembre-7 décembre 2013) – ont salué le travail de Thierry Bouchard, également reconnu par l’entrée d’une vingtaine de ses livres, dont la quasi-totalité de la collection Labyrinth Press, à la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet (Paris), où l’on peut les consulter. Signalons également un précieux catalogue, établi par Bernadette Blandin, pour une exposition plus ancienne, centrée sur les livres conçus par Petr Herel : Petr Herel, par B. Blandin, avec des textes de T. Bouchard, P. Commère et J. M. Tomeš [catalogue de l’exposition Petr Herel à la Bibliothèque de Beaune, janvier-février 1988], Losne, Thierry Bouchard, 1988.
[3] Voir à ce sujet l’article de Jacques-Rémi Dahan, « La louve de l’hiver (les neuf premiers livres de Thierry Bouchard) », dans Le Livre à la lettre ; l’empreinte de Thierry Bouchard, catalogue de l’exposition du même nom à la Bibliothèque Gaspard-Monge, Beaune, 2013, pp. 21-22.
[4] Après les éditions Brandes, L’Homme au Sable, Versant Est, on voit apparaître, dans la liste des livres imprimés par Thierry Bouchard pour le compte d’autres éditeurs : L’Ire des Vents, Marchant Ducel, Fata Morgana, Gaston Puel, Le Verbe & L’Empreinte, Brèves, Le feu de nuict, Le Mercure de France, L’U.R.D.L.A., Folle Avoine, L’Ordalie, Traces, L’Atelier, Monique Mathieu…