« Montre-moi ton œuvre, je te dirais qui
tu es ». La vie et l’art dans le dispositif
photo-littéraire de Jean-Philippe Toussaint
et de Willy Ronis

- Margareth Amatulli
_______________________________

pages 1 2 3 4 5 6
résumé

Ceux qui veulent me voir n’ont qu’à me lire, mon vrai visage est dans mes livres. (Henri Michaux)

 

 

Les nombreuses pratiques littéraires qui, de nos jours, s’inscrivent dans le domaine des écrits personnels manifestent une certaine réserve à l’égard du « récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité », selon la définition proposée par Philippe Lejeune [1] pour identifier toute écriture autobiographique de facture classique. De même, la profusion terminologique caractérisant aujourd’hui la sphère des écrits personnels – autobiographie, autofiction, autothanatographie, autoportrait, journal intime, life-writings, photobiographie – révèle une diversification de l’écriture de soi qui remet en question la notion de genre littéraire et qui impose l’emploi du pluriel : les « écritures de soi ».

La reformulation du genre des écrits personnels est encore plus évidente dans la littérature dite « postmoderne », où les nouvelles technologies – de la photographie à internet – ouvrent la voie à de nouvelles recherches esthétiques, tout en invitant à réfléchir à l’émergence d’un nouveau cadre théorique.

Alors que « l’idée d’une transversalité du fait littéraire autobiographique » [2] semble s’imposer parmi les écrivains et les artistes, que les frontières des formes artistiques sont de plus en plus poreuses et que les contours génériques sont de plus en plus fluctuants, le recours à l’image, qu’il s’agisse de bande dessinée, de cinéma, de peinture ou de photographie, participe du renouvellement du genre autobiographique à travers une gamme étendue d’articulations.

Parmi toutes les images, l’illustration photographique, qu’elle soit matériellement reproduite dans l’œuvre ou décrite ou encore tout simplement évoquée, joue un rôle déterminant. Depuis 1975, l’année de publication du Roland Barthes par Roland Barthes [3], elle a conquis une place privilégiée dans la littérature autobiographique jusqu’à promouvoir la formulation d’un véritable (sous-)genre narratif comme le démontre le concept de photobiographie élaboré en 1983 par Gilles Mora [4]. Il s’agirait selon Antoine Compagnon d’« un genre en soi, un genre surabondant, peut-être même banalisé » [5] sur le modèle de Nadja de Breton, qui pour le critique constitue un jalon important dans les nouvelles manières d’écrire la vie ; un genre qui séduit tant les écrivains que les photographes. Il suffit de penser à certaines œuvres des écrivains contemporains comme Annie Ernaux, Sophie Calle ou Denis Roche remettant en question, par le biais de l’image argentique, le modèle narratif traditionnel, ou à l’inspiration autobiographique de certains artistes, comme Christian Boltanski ou Claude Closky.

Cette photobiographie repose donc « sur la promotion d’un sujet de type nouveau qui se construit dans le cadre du paradigme technologique de la fin du vingtième siècle – et du début du vingt-et-unième » [6]. Ce sujet est l’artiste au sens large du terme qui situe souvent le questionnement du moi à l’articulation entre la vie et la création dont il exhibe le processus de production en interrogeant à la fois les dispositifs qu’il utilise.

Pour illustrer certaines des modalités par lesquelles « ce sujet de type nouveau » se met en scène, nous avons choisi d’approfondir deux textes, l’un signé par un photographe-écrivain comme Willy Ronis, l’autre par un écrivain-photographe comme Jean Philippe Toussaint. L’écriture et la photo ainsi que la dimension métaréflexive de l’œuvre traversent la vocation autobiographique des deux œuvres que nous analyserons.

Si l’art de la photographie est naturellement familier à Willy Ronis, le photographe « humaniste » ainsi qu’il a été plusieurs fois qualifié, la vocation littéraire de Jean-Philippe Toussaint est depuis toujours associée à l’art et à la photographie. Au-delà d’une poétique narrative que la critique a souvent rapprochée du regard photographique, la photographie apparaît dans les œuvres de l’écrivain comme un projet artistique et un idéal à poursuivre [7].

En 2005, Jean-Philippe Toussaint a publié, en italien, un petit livre de textes et d’images, intitulé Mes bureaux. Luoghi dove scrivo [8], consacré aux lieux où ses romans ont été écrits. En 2006, le photographe Willy Ronis a publié à son tour un livre de textes et d’images, intitulé Ce jour-là [9], où il regroupe et commente 54 photos, parmi les plus évocatrices de sa carrière.

Mes bureaux et Ce jour-là sont deux iconotextes, deux œuvres hybrides, deux œuvres « intermédiales », et en particulier « bimédiales », en raison de la présence matérielle de la photographie sur la page qui est un véritable pré-texte dans la double acception du terme, car elle précède la mise en texte et se fait occasion de remémoration. L’une et l’autre présentent une écriture photographique combinatoire, où la relation entre texte et image est matériellement réalisée et explicitement thématisée. Les deux textes expérimentent une forme d’écriture de notation de vie jouant avec la chronologie et s’appuyant sur la force des images : l’émergence de l’immédiateté, ainsi que la dimension autoréflexive de l’œuvre se substituent donc à l’histoire de la personnalité, telle que l’évoque Philippe Lejeune. Comme toute photobiographie, cette écriture de notation reproduit la « nature fragmentaire, matérielle, sérielle » [10] de la photographie.

Par le biais du dispositif photo-littéraire qui les organise, et selon des modalités différentes, Mes bureaux et Ce jour-là partagent, de façon oblique, une vocation autobiographique. A travers l’analyse des mécanismes d’articulation entre textes et images, nous démontrerons que cette vocation dessine un portrait d’homme et d’artiste, car les deux auteurs questionnent les moyens de représentation dont ils disposent dans une interaction constante entre la vie et l’art. Exposant les coulisses de leur travail, ainsi que les résonances de leur art dans leur vie privée, à l’aide de l’image argentique et de l’écriture, ils dessinent un autoportrait oblique qui les convoque comme hommes et comme créateurs. Bref, « de façon biographique engageante » [11], les deux auteurs racontent l’envers du décor de leur métier en nous ouvrant les portes secrètes de la création.

Ce rapprochement inédit entre Jean-Philippe Toussaint et Willy Ronis s’opère, en outre, par l’intermédiaire d’une figure : l’écrivain Georges Perec, dont les deux textes reprennent quelques formules et quelques modalités permettant de se raconter de façon oblique [12].

 

>suite
sommaire

[1] Ph. Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, p. 14 (en italique dans le texte).
[2] Th. Clerc, Les Ecrits personnels, Paris, Hachette, 2001, p. 103.
[3] R. Barthes, Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Seuil, « Ecrivains de toujours », 1975.
[4] G. Mora, « Manifeste photobiographique », 1983, repris dans D. Méaux et J.-B. Vray (dir.), Traces Photographiques, traces autobiographiques, Saint-Etienne, Presses de l’université de Saint-Etienne, 2004, pp. 103-106.
[5] Cité dans F. Arribert-Narce, La Critique de l‘histoire dans la photobiographie (Roland Barthes, Denis Roche, Annie Ernaux), The 2001 Group Postgraduate Study Day, 5th March 2010: Histoire(s), (format PDF, consulté le 18 mai 2019).
[6] F. Arribert-Narce et A. Ausoni, « Introduction », dans F. Arribert-Narce et A. Ausoni (dir.), L’Autobiographie entre autres. Ecrire la vie aujourd’hui, Oxford-Bern-Berlin-Bruxelles-Frankfurt am Main-New York-Wien, Peter Lang, 2013, p. 5.
[7] Voir J.-Ph. Toussaint, L’Appareil-photo, Paris, Minuit, 1988 ; J.-Ph. Toussaint, « Le jour où j’ai fait ma première photo », www.bon-a-tirer.com revue littéraire en ligne, 15 mai 2001. A propos du rapport de l’auteur et la photographie, voir : A. Albright, « Jean-Philippe Toussaint : écrivain de la photographie et photographe du livre », Textyles , 40 | 2011, (mis en ligne le 1er janvier 2014, consulté le 18 mai 2019) ; A. Albright « Textualité sans frontière : Le photolittéraire chez Jean-Philippe Toussaint » (format PDF), PHLIT, Répertoire de la photolittérature ancienne et contemporaine, n°5, 2013 (consulté le 18 mai 2019).
[8] J.-Ph. Toussaint, Mes bureaux. Luoghi dove scrivo, Venise, Amos edizioni, 2005. Dorénavant : MB pour les références des citations.
[9] W. Ronis, Ce jour-là, Paris, Mercure de France, « Traits et portraits », 2006. Dorénavant : CJ pour les références des citations.
[10] F. Arribert-Narce et A. Ausoni, « Introduction » dans L’Autobiographie entre autres. Ecrire la vie aujourd’hui, Op. cit., p. 5.
[11] M. Maillard, « Le gai savoir de Jean-Philippe Toussaint », Critique, n°786, 2012, p. 985.
[12] La Mémoire et l’Oblique (Paris, P.O.L., 1991) est le titre de l’essai que Philippe Lejeune a consacré à Perec autobiographe.