L’image répétée :
Imitation, copie, remploi, recyclage

- Claire Carlin
_______________________________

< sommaire



      Le projet Littérature et illustration a débuté à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 en mai 2009 avec deux journées d’études qui avaient pour sujet Image, texte et métamorphoses du support. La deuxième rencontre, à Montpellier en novembre 2009, avait pour thème L’illustration littéraire entre stratégies éditoriales et poétiques auctoriales. Dans un troisième temps, en novembre 2010, toujours à Montpellier, le travail a continué selon le thème L’œuvre abymée : Réflexivité textuelle et iconique, du Moyen Âge au XXIe siècle. Le numéro spécial de Textimage que vous avez sous les yeux est le résultat d’un quatrième et ultime atelier qui a eu lieu à l’Université de Victoria (Colombie Britannique, Canada) en juin 2011, sous les auspices du Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada et de deux centres de recherche de Montpellier 3 : le RIRRA 21 (Représenter et Inventer la Réalité du Romantisme à l’Aube du XXIe siècle) et le MA-REN-BAR (Médiéval, Renaissance, Baroque), qui fait actuellement partie du centre IRCL (L’Institut de Recherche sur la Renaissance, l’Age Classique et les Lumières).
      L’équipe qui s’est constituée en 2009, composée de chercheurs de Montpellier et de Victoria, a invité des spécialistes français, canadiens et américains à se joindre à ces diverses journées d’études. Pour le colloque de Victoria, les membres du comité scientifique [1] ont sélectionné parmi les collègues ayant déjà participé au projet Littérature et illustration ceux dont les sujets de recherche pourraient les amener à aborder « l’image répétée » selon l’argumentaire élaboré par Catherine Pascal et Trung Tran. Nous cherchions des réponses à une question large, à laquelle les réponses allaient s’alimenter des résultats des journées précédentes : comment les divers phénomènes de répétition et de variation de l’image mettent-ils en jeu la valeur et la fonction des notions d’imitation et d’invention, de mémoire, d’archétype ou de stéréotype iconographique et littéraire, ou encore celles de modèle, de citation ou de lieu commun ?
      En considérant cette problématique à travers les âges, deux tendances dominent : d’une part, l’image phénomène de société, constitutive dans sa répétition d’une hantise sociale collective (par exemple, la fille velue et l’enfant noir à la Renaissance, la femme vorace et avide, la recherche de « l’Image icône » dans l’illustration de presse moderne) et de l’autre, l’illustration qui semble refléter l’imaginaire d’un seul auteur. Il n’est bien sûr pas surprenant de constater que même dans le cas d’une œuvre individuelle, le poids du contexte social et culturel pèse lourd, non seulement avant et pendant la première modernité, mais aussi au moment où la notion d’« originalité » est en plein essor [2]. Dans le même temps, il est possible de retrouver certaines sources d’images qui paraissent se répéter collectivement, au-delà du contrôle d’un créateur en particulier, de textes ou d’images. La tension entre ces tendances et leur entrecroisement signalent la complexité nécessairement associée à tout processus d’imitation, de copie, de remploi ou de recyclage, une complexité augmentée par la rencontre entre texte et image, étudiée avec finesse dans les contributions à ce collectif.
      Les auteurs de ces études tiennent à remercier chaleureusement les fondateurs de Textimage, Aurélie Barre et Olivier Leplatre, pour leurs interventions tout au long du projet Littérature et illustration. La qualité de la revue en fait preuve : le service qu’ils rendent à la communauté scientifique est d’une valeur inestimable. Nous sommes reconnaissants aussi à Pierre-Olivier Douphis d’avoir mis en ligne les textes et les images de ce numéro spécial.

>sommaire

[1] Evelyne Berriot-Salvadore, Hélène Cazes, Lisa Surridge, Mary Elizabeth Leighton, Catherine Pascal, Marie-Eve Thérenty, Trung Tran et moi-même.
[2] Philippe Kaenel cite dans son article l’ouvrage clé de Roland Mortier, L’Originalité : une nouvelle catégorie esthétique au siècle des Lumières, Genève, Droz, 1982.